Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ciné-Fri 2

L'Assaut

18 Mars 2012 , Rédigé par fri91 Publié dans #A Voir

assaut.jpgSauras-tu retrouver les 2 figurants qui veulent absolument être à l'image ? (indice: en bas à gauche)

Le samedi 24 Décembre 1994 alors que l'on s'apprête à fêter Noël un peu partout, sur l'aéroport d'Alger quatre terroristes prennent possession de l'Airbus A-300 d'Air France à destination de Paris avec 227 personnes à bord. Leurs intentions restent floues mais ils exigent la libération de 2 de leurs camarades d'armes et le décollage de l'avion. Les négociations sont tendues et ils mettent leurs menaces à exécution en abattant 3 otages. Les gouvernements se mettent alors d'accord pour autoriser l'avion à voler jusqu'à l'aéroport de Marignane où on leur fournira le kérozène nécessaire pour atteindre Paris. Nous sommes le 26 décembre, mais lorsque le gouvernement français comprend qu'il s'agit sans doute d'une mission-suicide visant la capitale, il n'y a plus d'autre solution que d'autoriser le GIGN à lancer l'assaut malgré les pertes qui peuvent s'avérer nombreuses. Le Commandant Favier donne les dernières recommandations à son équipe avant de se lancer dans un combat où l'erreur n'est pas permise, devant plus de 21 millions de téléspectateurs qui retiennent leur souffle...

J'étais âgé de 12 ans lors de ces événements, et le souvenir que j'en gardais était l'ouverture de la porte de l'avion par les membres du GIGN, et celle d'un homme se jetant par la fenêtre du cock-pit, à l'époque je n'avais pas conscience des enjeux de cette attaque sur notre sol. Ce film était l'occasion pour moi de mieux comprendre ce qui c'était passé, et le but est atteint grâce à Julien Leclercq qui semble avoir beaucoup travaillé en amont pour réaliser un film authentique et collant à la réalité. Il opte alors pour une image terne et une caméra à l'épaule qui accentue le coté documentaire mais nous permet avant tout d'être au plus proche de l'action. On ne peut s'empêcher d'ailleurs de  le comparer au très bon Vol 93, tant les similitudes sont nombreuses. Le scénario est intelligent car le récit est centré sur plusieurs protagonistes qui nous montrent des points de vue bien différents de l'action avec Thierry du GIGN parfaitement interprété par Vincent Elbaz, sa femme qui est l'oeil extérieur comme nombre de téléspectateurs l'ont été à l'époque, les autorités et bien sûr les personnes dans l'avion. La tension est un élément maîtrisée par son auteur, notamment lors de l'exécution des otages mais plus particulièrement lors de l'assaut final. Moi qui pensais que tout avait été très vite, je m'étais trompé et on a qu'une hâte, c'est que tous ces échanges de tirs et le calvaire des otages cessent au plus vite car cela nous semble durer des heures. Si je regrette un manque certain d'émotion et quelques longueurs dans son traitement, on est malgré tout pris dans le film et l'authenticité dont il bénéficie contribue à nous happer littérallement. L'épilogue est étonnant, notamment concernant Thierry, et nous rappelle que malgré cet échec, il ne faut pas oublier que 7 mois plus tard le GIA réussira à attaquer Paris avec les attentats meurtriers du RER B... Au final, on retient un film choc qui se refuse toute fantaisie artistique et permet de mieux comprendre les circonstances de cette prise d'otage qui a marqué les mémoires, dont la mienne.3,5 etoilesb

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Squizzz 22/04/2012 19:36

J'ai eu la chance de voir le film en présence de Julien Leclercq, et je te confirme qu'il a fait beaucoup de recherches en amont pour coller le plus possible à la réalité, notamment en ce qui
concerne l'assaut en lui-même qui est quasi une retranscription à l'identique de ce qui s'est passé. Ta comparaison avec "Vol 93" est logique, vu que le ciné de Paul Greengrass était une référence
de Leclercq pour ce film.
Sinon concernant le manque d'émotion je suis d'accord avec toi, mais c'est assez logique vu le parti-pris du film d'être plus proche du documentaire.

fri91 23/04/2012 23:11



C'est dingue le nombre de films que t'arrives à voir en présence de l'équipe ! LoL. Ca m'aurait bien plu pour celui-ci.


Pour le manque d'émotion, je comprends que tu trouves ça logique et en adéquation avec la réalisation proche du documentaire, mais c'est vrai que pour ma part je trouve qu'on est moins impliqué.
Ce qui n'enlève rien à l'efficacité et l'authenticité du film ;)